Qu’est-ce que la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson est une pathologie neurodégénérative du système nerveux central, caractérisée par la destruction d’une population spécifique de neurones, les neurones à dopamine. Cette pathologie est la seconde maladie neurodégénérative la plus fréquente en France, en concernant 120 000 personnes avec une moyenne de 6000 nouveaux cas par an.
01.La dopamine ? Ça sert à quoi ?
La dopamine est un neurotransmetteur (messager chimique du cerveau) synthétisé par certaines cellules nerveuses. Chez l’homme, la baisse d’activité des neurones dopaminergiques de la substance noire entraîne une diminution du mouvement spontané, une rigidité musculaire et des tremblements. C’est la maladie de Parkinson. La maladie de Parkinson est une maladie chronique, d’évolution lente et progressive, dont le début est insidieux et l’évolution intermittente. Son évolution fait que les symptômes ne touchent d’abord qu’un côté du corps (droite ou gauche). Les symptômes ne touchent les 2 côtés que dans un second temps, cependant ils restent toujours plus prononcés d’un côté que de l’autre. La plupart du temps la maladie se caractérise par l’association de 3 symptômes : Tremblements, akynésie (trouble du mouvement) et rigidité. Il s’agit là de la “triade du Parkinsonien”. Un quatrième symptôme peut être ajouté : l’instabilité postural. Ces symptômes ne sont pas systématiquement tous présents en même temps. Chacun peut être d’intensité variable, l’un ou l’autre pouvant prédominer. D’autres symptômes peuvent être associés.    
02.Qu’elle est l’évolution de la maladie de Parkinson ?
Plusieurs stades sont décrits dans le cadre de l’évolution de la maladie de Parkinson :
  • Stade 1 : premiers signes unilatéraux qui n’entrainent pas de gêne dans la vie quotidienne,
  • Stade 2 : signes unilatéraux qui entrainent une gêne dans la vie quotidienne,
  • Stade 3 : signes bilatéraux, retentissement sur la posture, l’autonomie reste complète,
  • Stade 4 : autonomie commence à être limitée, le handicap plus sévère néanmoins la marche reste possible,
  • Stade 5 : la marche est très difficile voire impossible, il y a une perte totale d’autonomie.
Il est impossible de définir combien de temps dure précisément chaque stade. Tout le monde est différent c’est pour cette raison que la durée d’un stade diffère d’un patient à l’autre.
03.Qu’est-ce que la phase « Lune de miel » ?
La phase « Lune de miel » correspond à la phase au cours de laquelle un traitement médicamenteux est mis en place pour pallier le manque de dopamine. Lors de cette phase les symptômes sont estompés voir totalement absents. Elle peut durer plusieurs années. Attention, ce n’est pas parce que les symptômes ne sont estompés avec le traitement médicamenteux qu’il ne faut pas faire de rééducation. Consultez notre page « Pourquoi faire de la rééducation ? ».
04.Qu’est-ce que sont les phases « ON » et les phases « OFF » ?
Il s’agit de fluctuations dans les symptômes. Ces fluctuations sont des effets secondaires de la prise de médicament. A partir d’un certain temps, leur efficacité diminue et le nombre de prise augmente. Entre les prises, les symptômes réapparaissent ce sont les phases dites « off ». A contrario, les phases où les symptômes sont estompés grâce aux médicaments sont appelés les phases « On ».
05.Des symptômes moteurs et non-moteurs
Si dans lorsque l’on évoque la maladie de Parkinson, nous pensons au retentissement physique à savoir en particulier les tremblements, la lenteur d’exécution, les troubles de la marche, etc. La maladie est également accompagnée de symptômes dits « non-moteurs ». En effet, il peut y avoir un retentissement sur le sommeil , des épisodes de somnolence diurne sont également possibles. Des troubles de l’humeur peuvent également être présents avec notamment des épisodes de dépression. N’hésitez pas a consulter notre onglet “Actualités” pour en apprendre d’avantage. Les troubles digestifs composés essentiellement de constipation et/ou d’hypersalivation dû à la perte progressive (attention ce n’est pas systématique) du réflexe de déglutition. Tous ces symptômes non-moteurs majorent la fatigue que peut ressentir le patient. Attention, ceci n’est pas une liste exhaustive des symptômes non-moteurs de la maladie de Parkinson. De plus, ils ne s’expriment pas tous systématiquement.