Conduire avec la maladie de Parkinson

Par une démarche personnelle, il est possible de solliciter une visite médicale dans le but de savoir si l’on est encore apte ou non à prendre le volant. Le médecin traitant et/ou le neurologue ne peuvent en aucun cas en informer la préfecture pour le patient. Ils sont tenus au secret médical. Si les médecins ne peuvent pas informer la préfecture, ils peuvent toutefois conseiller le patient. Une fois l’information délivrée par le médecin, ce dernier note dans le dossier médical qu’il a informé le patient sur l’incompatibilité de sa maladie et de la conduite et les éventuels risques. L’article R 412-6 du code de la route stipule que « tout conducteur de véhicule doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délais toutes les manœuvres qui lui incombent » L’arrêté du 21/12/2005 du ministère des transports, modifié par l’arrêté du 31/08/2010 dresse la liste des affections médicales incompatibles avec la conduite ou conditionnant la durée de validité du permis. Cette liste inclut « les troubles neurologiques dues à des affections du système nerveux central extériorisés par des signes moteurs, perturbant l’équilibre et la coordination » Quelques conseils :
  • Privilégier les petits trajets,
  • Éviter les situations à risques,
  • S’installer confortablement,
  • Être attentif,
  • Limiter les sources de distraction,
  • Si possible, ne pas conduire seul(e)

Conduire en ayant la maladie de parkinson est donc tout à fait possible.

C’est au patient que revient la décision d’arrêter lorsque ses symptômes deviennent trop importants et que ces derniers le gêne trop pour conduire.

Vous l’aurez compris au stade précoce de la maladie la conduite ne pose donc pas de réel souci. Il faut néanmoins que le patient soit attentif à l’évolution de sa maladie et à son impact sur ses aptitudes à la conduite.

Ne prendre de risques ni pour soit, ni pour les autres.

L’arrêté du 28 mars 2022 fixant la liste des affections médicales incompatibles ou compatibles avec ou sans aménagements ou restriction pour l’obtention du permis de conduire a été publié au Journal officiel de ce jour. Il procède à une nouvelle rédaction de l’ancien arrêté du 21 décembre 2005 qu’il abroge. Lien vers le site de la sécurité routière : Diabète, Alzheimer, handicaps locomoteurs ou auditif lourds… | Sécurité Routière (securite-routiere.gouv.fr)